Expert comptable : quelle est sa mission juridique ?

Le rôle d’un comptable est, généralement, de tenir les comptes d’une entreprise. En attendant, ses clients peuvent demander sa mission légale. En effet, les rapports de gestion font partie intégrante des états financiers annuels d’une entreprise. Il fait le point sur la situation de l’entreprise ainsi que, prédit ses évolutions prévisibles.

La mission légale du compte

En clair, comme le précise l’article 22 de l’ordonnance n° 45-2138 du 19 septembre 1945, elle précisait la condition qu’un comptable puisse avoir une mission légale ou une société. Cependant, ils ne sont agréés que si le professionnel est en mission de gestion à long terme. D’autre part, le compte est directement lié à la mission légale principale. Face à cela, il est nécessaire de rédiger une lettre d’accord complémentaire entre les deux parties indiquant les missions juridiques à réaliser. Compte afin que vous puissiez vous concentrer sur votre travail. Sachez que les juristes Naolink, qui peuvent s’occuper de l’approbation des comptes de votre entreprise, sont prêts à vous aider dans cette démarche afin que vous puissiez vous concentrer sur votre travail.

Une évolution avec la loi Naolink

En général, l’élaboration de toutes ces lois a été officiellement appelée « lois pour la croissance et l’activité et l’égalité des chances économiques ». En conséquence, la taille du compte du comptable change. En revanche, il supprime l’obligation d’effectuer une mission de gestion comptable nécessaire à l’accomplissement d’une mission légale. Cela signifie qu’ils peuvent être mieux accomplis sans mission de soutien ou sans une attitude de gestion à long terme et cohérente. Cependant, les comptables cotés ne peuvent assister et conseiller dans le domaine juridique qu’en fonction des besoins de l’entreprise. En effet, l’action à entreprendre aura un impact d’un point de vue juridique. De ce fait, le compte doit pouvoir apporter une solution adaptée.

Le domaine juridique sera saisi par un expert-comptable

Avoir un comptable doit, notamment, permettre aux entreprises d’obtenir des conseils plus complets sur un aspect particulier. Ainsi, toutes ces missions ne devraient pas être des activités d’entreprise qui devraient être comptabilisées. Cela inclut la conception d’œuvres signées pour des entreprises qui n’ont pas de mission de compte auprès du client. Il y a aussi, l’entretien annuel du secrétariat juridique. Ce dernier comprend des conseils sur le choix d’un statut d’entreprise et la rédaction d’articles sur une nouvelle organisation commerciale. Il comprend, par exemple, les modifications du droit des sociétés et la rédaction de fiches d’entreprises. Viennent, ensuite, les ventes de sécurité d’entreprise et les conseils fiscaux. Bien sûr, le bon classement des rapports et des comptes et le changement de nom de l’entreprise. Enfin, la rédaction des contrats de travail des salariés de l’entreprise et des lettres de rémunération des salariés, etc.

Comment nommer un expert-comptable pour l’examen annuel des comptes de l’entreprise ?
Création d’entreprise : comment effectuer un bilan prévisionnel ?